• La série Bienvenue chez les paresseux maintenant à l’affiche sur Curio.ca

    Visionnez la série ici

    La comédienne Catherine Brunet assure la narration de la série Bienvenue chez les paresseux qui s’intéresse à la vie dans l’une des réserves d’animaux les plus singulières de la planète. Elle nous présente une véritable et surprenante comédie composée de sauvetages spectaculaires, d’amours clandestines et de rivalités fatales.

    L’unique orphelinat pour paresseux au monde se trouve à Aviarios del Caribe, au Costa Rica. La réserve accueille plus de 150 paresseux orphelins ou blessés, dont un formidable trio de femmes s’occupe : Claire, l’énergique responsable du centre de soins; Becky, la scientifique spécialiste des paresseux; et la légendaire Judy Arroyo, qui sait parler aux paresseux. Ensemble, elles dévoilent les secrets de l’une des créatures les plus énigmatiques du monde.

    Judy et son équipe se sont également associées au biologiste britannique Rory Wilson afin de lutter efficacement pour la défense des paresseux, ces mammifères inoffensifs menacés par l’activité humaine. Ils ont pour ambition de relâcher certains de leurs résidents dans la nature, dans la réserve ou en dehors.

  • Le film PINEL récompensé aux Prix Médias 2014 de reportage sur la santé de l’AMC

    Visionnez le film ici.

    Le 30 septembre 2014, la réalisatrice Hélène Magny a été récompensée du prix d’Excellence d’un reportage sur la santé mentale pour son film Pinel, dans le cadre des Prix Médias 2014 de reportage sur la santé de l’Association médicale canadienne. Les Prix Médias, les plus importants prix de journalisme en santé au Canada, rendent hommage au journalisme canadien exceptionnel qui aide à mieux comprendre la santé, le système de santé et le rôle des professionnels de la santé. Des jurys indépendants composés de représentants du journalisme, de la médecine et des soins de santé évaluent les candidatures. Cette année, ils ont choisi les lauréats dans 10 catégories parmi plus de 100 candidatures.

    Déjà gagnant d’un Prix d’excellence médiatique de l’Association des médecins psychiatres du Québec en juin 2014, Pinel met en lumière le combat de trois hommes aux prises avec la maladie mentale qui ont un jour basculé dans la folie et commis l’irréparable. Hospitalisés à l’Institut Philippe Pinel de Montréal depuis plusieurs années, ils cherchent à vaincre leur maladie pour regagner leur liberté et leur place dans la société.

    Hélène Magny souhaite combattre l'ostracisme dont sont victimes les patients en milieu psychiatrique. « On a voulu donner un visage humain à la folie », souligne-t-elle. La violence, qui fait partie de l'environnement en soins mentaux, est une des manifestations de la souffrance ressentie par les patients.

    « Ce qui frappe quand on entre la première fois à Pinel, c'est la très grande souffrance de la maladie mentale, mais aussi que les gens qui en sont frappés sont des gens “ordinaires” aux prises avec une maladie, au même titre qu'un cancer. La maladie mentale peut toucher tout le monde », raconte Hélène Magny.