• Il y a 45 ans aujourd’hui : dévoilement du «Projet du siècle» et début de l’aventure de la baie James

    En avril 1971, le premier ministre Robert Bourassa présente son projet du siècle : transformer l’eau des rivières de la baie James en électricité.

    Les Cris apprennent que leur territoire sera en partie inondé. Non seulement ils n’avaient pas été consultés par le gouvernement ni Hydro-Québec, mais ils n’avaient même pas été informés des travaux d’envergure qui permettraient aux Québécois de produire aujourd’hui la moitié de leur hydroélectricité à partir de leur territoire.

    Les Cris s’opposent au projet et obtiennent provisoirement l’arrêt des travaux devant le juge Malouf, ce qui a finalement conduit toutes les parties à signer, en 1975, le premier traité moderne avec les Autochtones : la Convention de la baie James et du Nord québécois. Un traité qui reconnaît des droits territoriaux aux Cris et aux Inuits, leur participation dans les projets hydroélectriques et des indemnités de l’ordre du milliard de dollars.

    Nos relations avec les Autochtones ont été à jamais changées... tout comme le paysage de la baie James.

    Dans le documentaire présenté sur Curio.ca, L’aventure de la baie James, plusieurs intervenants de l’époque témoignent de cette importante page de notre histoire.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE L'AVENTURE DE LA BAIE JAMES

  • La saga du Mont-Orford : l’héritage

    Quelque 12 000 personnes dans les rues. Une pétition de 86 000 noms. Plus de 25 artistes engagés dans la lutte. Des appuis provenant de 113 associations et organismes. Au milieu des années 2000, un regroupement de citoyens de la région de Memphrémagog a réussi à faire plier le gouvernement sur sa volonté de privatiser une partie du parc national du Mont-Orford. Dix ans plus tard, la saga du mont Orford a fait école. Non seulement chez les politiciens, mais aussi dans le mouvement communautaire et chez les citoyens.

    Mont Orford, l’héritage, un documentaire réalisé par l’équipe d’ICI Estrie, revient sur les événements de l’époque. Dix ans après que Québec eut annoncé qu’une partie des terres du parc national du Mont-Orford serait privatisée, l’héritage qu’a laissé cette saga sur l’histoire du Québec est immense. Pour plusieurs acteurs de l’époque, les politiciens ne peuvent plus agir en laissant l’opinion publique de côté.

    Témoignent dans le documentaire : Richard Séguin, auteur-compositeur-interprète, Clémence DesRochers, artiste originaire de Sherbrooke, Thomas Mulcair, ministre de l’Environnement et des Parcs (2003-2006), Robert Benoit, SOS Parc Orford, Pierre Paradis, député libéral de Brome-Missisquoi et Stéphane Bergeron, porte-parole du Parti québécois en matière d’environnement, de faune et de parcs (2006-2007).

    Le dossier web qui accompagne le documentaire souligne l’impact de la saga avec textes, photos et témoignages vidéo et retrace les faits marquants : la saga en 10 dates, les 10 citations qui ont marqué le conflit, le parc en 10 chiffres.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE MAINTENANT | CONSULTEZ LE DOSSIER WEB 

  • Nouvelle collection : Le syndicalisme québécois

    Cette nouvelle collection porte sur l’expérience syndicale au Québec des années 1970 à nos jours. Les reportages évoquent certains moments clés de l’histoire du syndicalisme québécois, des rapports avec l’État aux grèves et lock-out marquants, et présentent également un aperçu des mécanismes internes des organisations syndicales québécoises.

    DÉCOUVREZ LA COLLECTION

  • Il y a 15 ans aujourd’hui : ouverture du 3e Sommet des Amériques à Québec

    Il y a 15 ans aujourd’hui, le 20 avril 2001, s’ouvrait le 3e Sommet des Amériques à Québec, marqué par des manifestations violentes.

    Au printemps 2001, la ville de Québec est l’hôte du Sommet des Amériques : 34 chefs d’État se réunissent pour discuter d’une zone de libre-échange à l’échelle des Amériques. Pendant trois jours, les citoyens et les commerçants se retrouvent au cœur d’un quartier assiégé. Des milliers de manifestants viennent de partout pour s’opposer à cette négociation.

    Un sommet parallèle au Sommet des Amériques s’organise dans la basse-ville de Québec pour répliquer aux négociations officielles d’un traité de libre-échange. Ce Sommet des peuples accueille 2 000 représentants syndicaux, ainsi que des organismes sociaux et féministes de partout en Amérique. Les opposants au sommet officiel craignent les répercussions négatives de la zone de libre-échange. Une marche pacifique attire 50 000 personnes dans les rues de la ville. D’autres manifestants préfèrent affronter les policiers, ce qui entraîne des centaines d’arrestations.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE QUÉBEC : SOMMET DES AMÉRIQUES

  • Il y a 30 ans aujourd’hui : Décès de l’écrivaine française Simone de Beauvoir

    L’éminente philosophe et écrivaine existentialiste française Simone de Beauvoir est décédée à Paris le 14 avril 1986. Travaillant aux côtés d’autres existentialistes célèbres tels que Jean-Paul Sartre, Albert Camus et Maurice Merleau-Ponty, Simone de Beauvoir a produit un riche corpus d’écrits, y compris des travaux sur l’éthique, le féminisme et la politique.

    Le catalogue de Curio.ca comprend un documentaire unique de 1967 sur Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre (1905-1980), diffusé à l’émission Dossier.

    Dans le cadre d’un entretien d’une heure, Jean-Paul Sartre aborde diverses questions, dont son intervention et son engagement dans la guerre du Viêt Nam, l’objet et le mandat du tribunal Russell sur les crimes de guerre, qu’il préside, ses réactions aux nombreuses critiques, et son refus du prix Nobel de littérature.

    Simone de Beauvoir, pour sa part, répond aux questions des interviewers avec franchise. La condition féminine la préoccupe toujours. Elle évoque la régression du mouvement de l’émancipation des femmes, notamment en France. Sa vision de la vie est optimiste, mais son sens du réalisme devant le désespoir est d’une lucidité désarmante.

    Sans pudeur, sans trop de résistance, ils acceptent, pour la première fois, que l’on pénètre dans l’intimité de leur univers en nous présentant les lieux où ils ont habité, leurs habitudes de travail, leurs réflexions, la nature (quoique très discrètement) de leur relation. Simone de Beauvoir confie modestement qu’ils ont accepté d’être filmés pour ceux et celles qui ont aimé leurs œuvres et pour les autres qui les liront plus tard.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE MAINTENANT

  • Il y a 20 ans aujourd’hui : Fermeture de l’usine Kenworth de Sainte-Thérèse, 850 mises à pied

    Le 9 avril 1996, les employés en grève de l’usine Kenworth de Sainte-Thérèse apprennent que la compagnie mère Paccar ferme l’entreprise. 850 travailleurs sont mis à pied. Des démarches s’amorcent, d’abord avec le gouvernement et ensuite avec la compagnie, pour tenter de faire rouvrir l’usine. Commencées le 22 avril 1996, les négociations dureront neuf mois. Le gouvernement a dû consentir un important effort financier et le Fonds de solidarité de la FTQ s’est aussi impliqué. Finalement, une entente est conclue pour la réouverture de l’usine en 1998 au prix d’importantes concessions syndicales.

    Revivez le déroulement de ces négociations collectives marathon du point de vue des représentants syndicaux dans le documentaire Troc : made in Québec.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE MAINTENANT

  • Curio.ca salue la mémoire du dramaturge Marcel Dubé

    Curio.ca salue la mémoire du grand dramaturge Marcel Dubé, décédé ce jeudi 7 avril 2016 à l’âge de 86 ans.

    Ayant pavé la voie à plusieurs générations de dramaturges québécois, Marcel Dubé fut un véritable pionnier du théâtre au Québec. Pour lui, écrire du théâtre était d’abord et avant tout un moyen de gagner sa vie. Dans le documentaire Marcel Dubé, un simple dramaturge, diffusé en 2014 dans le cadre des Grands reportages, Marcel Dubé retourne sur les lieux qui l’ont vu grandir et se remémore ces instants qui l’ont conduit à s’intéresser au théâtre au début de l’âge adulte, ou encore ces lieux de Montréal qui se sont retrouvés dans ses nombreuses pièces, dont Zone, Un simple soldat, Florence et Au retour des oies blanches.

    Plusieurs pièces de Marcel Dubé, diffusées dans le cadre de l’émission Télé-théâtre de Radio-Canada, figurent aussi dans le catalogue de Curio.ca.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE MARCEL DUBÉ, UN SIMPLE DRAMATURGE

  • Unité 9, les IPL

    Inconnue de la population générale, l’abréviation IPL – Intervenant de première ligne – fait partie désormais de notre langage courant. Depuis 2012, la série Unité 9 nous fait découvrir l’importance des IPL auprès des femmes incarcérées. En contact quotidien avec les personnes en détention, les IPL ont comme principal mandat d’encourager et soutenir les délinquantes à s’engager dans un plan de réinsertion sociale afin de rompre leur cycle criminel. Dans ce documentaire, les IPL discutent des particularités de leur métier en tant qu’intervenants auprès spécifiquement d’une clientèle féminine. Un métier qui a passablement évolué dans les 20 dernières années et qui n’est pas sans danger.

    VISIONNEZ LE DOCUMENTAIRE MAINTENANT