Tout le monde en parlait La première révolution verte : le zonage agricole

Tout le monde en parlait La première révolution verte : le zonage agricole

Dans les années 60 et au début des années 70, le Québec est un chantier. Les banlieues poussent comme des champignons et l’on assiste à un développement urbain sauvage. Les meilleures terres agricoles du Québec sont sacrifiées pour des projets immobiliers. Seulement 2 % du sol québécois a du potentiel agricole et pourtant les terres cultivables sont carrément dilapidées. Elles sont la proie des spéculateurs. Après l’élection du Parti québécois, en 1976, le nouveau ministre de l’Agriculture, Jean Garon, a le mandat de réaliser le zonage agricole du Québec pour protéger le patrimoine agricole et développer une agriculture moribonde. C’est grâce aux convictions et à la détermination de cet homme qu’a pu être adoptée la loi sur le zonage agricole, une loi qui dérange municipalités, promoteurs et spéculateurs. Voici l’histoire d’une première révolution verte. Reportage du 7 août 2007.

  • 2007
  • 00:21:56
  • 13-14
  • Ajouté le: 17 jan. 2019
Désolé, l’accès au contenu du portail Curio.ca est réservé aux abonnés. Vous pouvez vérifier si votre école ou votre institution est abonnée à Curio.ca en consultant la page Abonnés de Curio.ca.