L'actualité en revue Le tatouage hors de la marginalité

L'actualité en revue Le tatouage hors de la marginalité

Autrefois symbole de révolte, le tatouage devient maintenant répandu et populaire, plus que l’est maintenant la cigarette au Canada. Il représente une forme d’art et d’expression par une marque permanente. Caractéristique de certains marins à l’époque, ils le faisaient entre eux au début du 20e siècle. En 1910, Fred Baldwin devient le premier tatoueur de Montréal. Pour tatouer, on utilisait alors de l’encre, des aiguilles, mais pas d’électricité. On dit qu’à l’époque, il était douloureux de se faire tatouer. Le choix du dessin et sa permanence sur la peau expriment une étape ou une identité, comme un rite. Cette affirmation de soi se fait maintenant à tout âge adulte, dans toutes les classes de la société canadienne. Le reportage montrera, par exemple, l’expérience de Diane Leduc, tatouée pour une neuvième fois à 65 ans. Enfin, une découverte extraordinaire par une équipe d’égyptologues à l’automne 2015 a même montré une momie vieille de 3 300 ans possédant, elle aussi, des tatouages. Une découverte qui révèle que « s’encrer », ce serait très ancien!

  • 2016
  • 00:14:43
  • 13-14
  • Ajouté le: 23 sep. 2016
Désolé, l’accès au contenu du portail Curio.ca est réservé aux abonnés. Vous pouvez vérifier si votre école ou votre institution est abonnée à Curio.ca en consultant la page Abonnés de Curio.ca.

Métadonnées

Édition
Septembre 2016
Sujets
Tatouage [RVM] Tatouage -- Histoire [RVM] Arts -- Étude et enseignement [RVM] Art [RVM] Vêtements [RVM] Soins de beauté [RVM] Éducation sanitaire [RVM]
Équipe
Patrice Roy (Animation), Rachel Dugas (Journaliste), Jean-François Chevrier (Journaliste), Valérie Cloutier (Journaliste), Louis-Philippe Ouimet (Journaliste), Charles D'Amboise (Journaliste)
Sous-titrage
Disponible
Notice MARC
Visionner Télécharger

Guide(s) de l'enseignant

  • AER-16-09 - Le tatouage hors de la marginalité

    AER-16-09 - Le tatouage hors de la marginalité

Peut être trouvé dans