Dimanche magazine Cris : nouveaux choix énergétiques

Dimanche magazine Cris : nouveaux choix énergétiques

Le nouveau grand chef des Cris, Matthew Mukash, a fait les manchettes quelques jours après son élection, en septembre dernier, en remettant en question la paix des braves. L’entente signée entre les Cris et le gouvernement québécois, en 2002, prévoit notamment le détournement de la rivière Rupert. Matthew Mukash n’aime pas tellement les mégabarrages. Il a milité contre le projet de Grande-Baleine, dans les années 90, et il a fait campagne contre le détournement de la rivière Rupert. Le nouveau grand chef veut plutôt développer l’énergie éolienne. Il faut dire que la Baie-James n’est pas seulement riche en eau, mais aussi en vents. Les éoliennes peuvent-elles remplacer l’hydroélectricité? Une partie de la communauté crie ne veut pas qu’on détourne la rivière Rupert. Les mégabarrages vont à l’encontre des croyances et des traditions cries, disent-ils. Ceux qui appuient inconditionnellement la paix des braves font valoir les effets positifs de cette entente sur le développement économique de la communauté. Une entente qui prévoit le versement de 70 millions de dollars par année pendant 50 ans et une participation aux bénéfices d’exploitation des ressources naturelles. Jusqu’où ira l’opposition au détournement de la rivière Rupert? Chantal Francoeur s’est rendue à la Baie-James pour prendre le pouls de la communauté crie. Reportage du 30 octobre 2005.

  • 2005
  • 00:21:44
  • 15-17
  • Ajouté le: 20 juin 2017
Les abonnés de Curio.ca peuvent accéder aux contenus à l'extérieur de leur institution. Vous devez récupérer votre code d'accès et créer un compte utilisateur.

La nouvelle version de Curio est disponible !

Accédez à cette page via la nouvelle version et découvrez une toute nouvelle expérience.

Essayez la nouvelle version