Ce n'était qu'un début La grève contre la Dominion Textile

Ce n'était qu'un début La grève contre la Dominion Textile

La guerre crée un climat favorable aux revendications ouvrières. En 1942, Madeleine Parent entreprend l'organisation des ouvriers de la Dominion Textile sous la bannière des Ouvriers unis des textiles d'Amérique (OUTA), syndicat international dont la direction se trouve aux États-Unis. Face au refus de la Dominion Textile de reconnaître le syndicat et de négocier, la grève est déclenchée au début de juin 1946. Elle est immédiatement déclarée « illégale » par Maurice Duplessis. Combattant avec le « courage du désespoir », les travailleurs de la Dominion Textile se mobilisent dans une ultime révolte contre la compagnie. Les syndiqués doivent affronter la police provinciale dépêchée sur les lieux par le gouvernement. Les femmes jouent un rôle déterminant lors du conflit, elles sont même présentes sur les lignes de piquetage. La grève se caractérise par la violence des affrontements qui opposent grévistes et policiers. Le 13 août 1946, quelque 250 policiers armés de mitraillettes (presque tout le contingent de la police provinciale) affrontent les grévistes, leurs familles ainsi que les habitants de la ville. Ces derniers parviennent à expulser les briseurs de grève et à mettre le verrou sur la barrière de l'usine. Pour la première fois, la police provinciale est battue par des ouvriers qui obtiennent gain de cause. La Dominion Textile accepte de signer une convention collective avec le syndicat des OUTA représenté par Madeleine Parent. La grève de Valleyfield aura duré 100 jours. Épisode du 14 juillet 1974.

  • 1974
  • 00:53:37
  • 13-14
  • Ajouté le: 24 nov. 2020
Les abonnés de Curio.ca peuvent accéder aux contenus à l'extérieur de leur institution. Vous devez récupérer votre code d'accès et créer un compte utilisateur.

La nouvelle version de Curio est disponible !

Accédez à cette page via la nouvelle version et découvrez une toute nouvelle expérience.

Essayez la nouvelle version