La Révolution tranquille, 50 ans après « Qui s'instruit s'enrichit »

La Révolution tranquille, 50 ans après « Qui s'instruit s'enrichit »

La réforme de l’éducation est sans contredit l’un des aspects les plus importants de la Révolution tranquille. Au début des années 1960, le Québec a un des taux de scolarisation les plus bas du monde industrialisé et la pression démographique du baby-boom est telle qu’il faut d’urgence construire des écoles. Lucia Ferretti, historienne de l’Université du Québec à Trois-Rivières, explique qu’à ce moment l’Église n’arrive plus à assumer tous les coûts liés à l’éducation, et que le clergé et l’État sont « relativement d’accord » pour réformer le système scolaire. Le ministre de la Jeunesse, Paul Gérin-Lajoie, fait alors de la démocratisation de l’enseignement son principal cheval de bataille. En avril 1961, le gouvernement Lesage annonce la création de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement, présidée par Mgr Alphonse-Marie Parent, vice-recteur de l’Université Laval.

  • 2009
  • 00:51:01
  • 9-12
  • Ajouté le: 8 sep. 2014