La Révolution tranquille, 50 ans après Un Québec en retard

Les années de pouvoir de Maurice Duplessis sont marquées par le traditionalisme, l’anti-intellectualisme et l’anti-syndicalisme. Duplessis gouverne en autocrate et pratique ouvertement le favoritisme. L’Église dirige les grandes institutions d’éducation et de santé et contrôle la vie culturelle, notamment par la censure dans la littérature et le cinéma. La mort de Duplessis, le 7 septembre 1959, provoque la stupeur. Son successeur, Paul Sauvé, prononce le célèbre mot « désormais » et semble déterminé à entreprendre des réformes. Mais celui-ci meurt rapidement et les réformes paraissent moins certaines sous la direction d’Antonio Barrette.

  • 2009
  • 00:50:59
  • 9-12
  • Ajouté le: 8 sep. 2014