La Révolution tranquille, 50 ans après Un vent de changement

Malgré la rigidité du gouvernement de Maurice Duplessis, les grands changements des années 1960 se préparent. Chef du Parti libéral de 1950 à 1958 et chef de l’opposition de 1953 à 1960, Georges-Émile Lapalme est l’un des réformistes les plus en vue. En 1959, il rédige Pour une politique, un document dans lequel il rassemble plusieurs idées nouvelles en vue des prochaines élections. Les élections québécoises de juin 1960 portent au pouvoir le Parti libéral, dirigé par Jean Lesage. La campagne électorale a été marquée par la fraude et la violence. La télévision a joué pour la première fois un rôle important dans la stratégie des partis. La priorité du nouveau premier ministre est d’éliminer la corruption. Lesage s’entoure de ministres réformistes, comme Georges-Émile Lapalme, Paul Gérin-Lajoie et René Lévesque. Un journaliste du Montreal Star, Brian Upton, est le premier à utiliser l’expression Quiet Revolution (Révolution tranquille) pour décrire le mouvement qui s’amorce.

  • 2009
  • 00:51:00
  • 9-12
  • Ajouté le: 8 sep. 2014