Le téléjournal Le gigantesque défi de préserver les langues autochtones

Le téléjournal Le gigantesque défi de préserver les langues autochtones

On compte au pays plus d’une soixantaine de langues autochtones. Plusieurs d’entre elles sont sérieusement menacées. Certaines ne comptent qu’une poignée de locuteurs. Portrait de la situation tantôt inquiétante, tantôt encourageante au Yukon. Une chose frappe dans la classe de langue autochtone de l’école primaire Selkirk, à Whitehorse. Même les enfants non autochtones apprennent le tutchone du Sud, une des langues parlées au Yukon. Mais il ne faut pas s’y méprendre. Le tutchone du Sud, comme les six autres langues autochtones du Yukon encore parlées, ne compte que très peu de locuteurs. Selon les experts, moins d’une centaine de personnes ont l’une ou l’autre de ces langues comme langue maternelle. Même l’enseignante, Linda Harvey, a appris le tutchone du Sud sur le tard. Sa mère avait choisi de lui parler uniquement en anglais. « Elle m’avait dit qu’elle ne voulait pas qu’on me batte ni qu’on me fasse du mal », raconte l’enseignante. Un choix forcé, selon André Bourcier, un linguiste qui étudie les langues autochtones du Yukon depuis des années. Reportage du 19 juin 2017.

  • 2017
  • 00:04:42
  • 13-14
  • Ajouté le: 19 fév. 2019
Les abonnés de Curio.ca peuvent accéder aux contenus à l'extérieur de leur institution. Vous devez récupérer votre code d'accès et créer un compte utilisateur.

La nouvelle version de Curio est disponible !

Accédez à cette page via la nouvelle version et découvrez une toute nouvelle expérience.

Essayez la nouvelle version