Québec s'en-va-t'en guerre L'effort de guerre

La Première Guerre fait rage dans le vieux continent, mais les échos n’en sont pas moins puissants ici à Québec. Sur le « homefront », la population, tant civile que militaire, se mobilise pour appuyer l’effort des troupes canadiennes. Alors que plusieurs soldats perdent la vie sur les champs de bataille, d’autres rentrent au pays éclopés et diminués. Les vétérans sont accueillis en héros par une ville qui n’a de cesse de mettre l’épaule à la roue pour faire sa part. De la sécurité de la ville de garnison, aux usines d’armement qui roulent à plein régime, en passant par le rationnement et le Fonds patriotique, beaucoup des forces vives de la société sont mises à contribution. La guerre est l’affaire de tous. Les travailleurs et les femmes restés en grand nombre derrière ont le sentiment du devoir accompli envers la démocratie. Mais la guerre n’est jamais une chose simple et provoque des tensions. La crise de la conscription enflamme les esprits à Québec. Une tentative d’arrestation des conscrits réfractaires est extrêmement impopulaire, allant même jusqu’à provoquer des combats de rue et des émeutes dans les rues de la vieille capitale. Les émeutes qui durent pendant plusieurs jours pendant la période de Pâques de 1918 font 4 morts et des dizaines de blessés chez les civils. Le « homefront » a lui aussi sa part de tragédies, de deuils et de souffrance.

  • 2015
  • 00:22:06
  • 13-14
  • Ajouté le: 9 mai 2018
Les abonnés de Curio.ca peuvent accéder aux contenus à l'extérieur de leur institution. Vous devez récupérer votre code d'accès et créer un compte utilisateur.