Enjeux Les grands prématurés

Enjeux Les grands prématurés

En 30 ans, la néonatalogie a fait des pas de géants. Aujourd’hui, avoir un bébé de deux livres n’est presque plus un mauvais présage, car 60 % de ces bébés survivent. On les appelle, « les grands prématurés ». Mais à quel prix? Si, pendant les mois qui suivent leur naissance, ces « grands prématurés » sont entourés d’une équipe de spécialistes et de machines à la fine pointe de la technologie, « l’équipe » devient plutôt réduite lorsque le bébé rentre à la maison. Ces dix dernières années au Québec, le taux de survie a augmenté, et les séquelles graves ont considérablement diminué. En fait, c’est chez les bébés de 24 semaines et moins que les risques de séquelles graves sont les plus importants. Les parents sont parfois appelés à vivre des situations très déchirantes. Mais cinq ou dix ans après la naissance de leur enfant, des parents sont encore en colère. Ils accusent les médecins de ne pas les avoir suffisamment informés des risques de séquelles pour leur bébé. Témoignages. Épisode du 27 mars 2001.

  • 2001
  • 00:46:07
  • 13-14
  • Ajouté le: 15 fév. 2017
Désolé, l’accès au contenu du portail Curio.ca est réservé aux abonnés. Vous pouvez vérifier si votre école ou votre institution est abonnée à Curio.ca en consultant la page Abonnés de Curio.ca.